BLOG

Ne cherchez pas la petite bête !

Le progrès fait bien les choses. Nous sommes de moins en moins ennuyés par les insectes.

Dans notre jolie berline décapotable, sur la route des vacances, quelle joie de ne plus prendre de moucherons dans l’oeil ni de devoir s’arrêter pour nettoyer le pare-brise… Quel plaisir de profiter des soirées d’été sur la terrasse : il n’y a presque plus de bestioles. Sans parler de la cueillette des cerises en toute sécurité, les guêpes se sont éloignées !

Ce nouveau  confort n’est pas une illusion. Certains scientifiques estiment même que 75 % de la biomasse des insectes volants aurait disparu en Europe.

Mais ne nous réjouissons pas trop vite, il va nous falloir en assumer les conséquences.

Dame Nature avait bien fait les choses. Les insectes jouent un rôle essentiel dans notre vie. Sans insectes pollinisateurs, une très grande partie des espèces végétales ne sauraient se développer. En particulier nos chers arbres fruitiers nourriciers : adieu donc cerises, pommes, mais aussi café et chocolat… Et surtout adieu à 80 % de l’agriculture mondiale.

Ça vous gratouille ?

Sans insectes, c’est toute une chaîne alimentaire qui s’effondre. À commencer par leurs prédateurs directs : oiseaux et amphibiens. Adieu donc rouges-gorges, hirondelles, mais aussi les sauvages faisans, perdrix et pigeons farcis. Adieu cuisses de grenouilles en persillade. Au-delà de l’assiette, c’est le nouveau monde qui se profile, aseptisé, silencieux, gris…

Ça vous pique ?

Alors réagissons. Chaque acte compte, sur un balcon comme sur un continent. Repensons le progrès à l’aune de priorités nouvelles. Il n’est pas toujours technologique. Plutôt que de développer des drones pour polliniser, mettons notre intelligence dans l’autocritique et la réparation de nos dégâts : préservation de la biodiversité et des habitats de chacun, réduction des pollutions chimiques et atmosphériques, diversification des écosystèmes…

Ça vous chatouille ?…

Écrit pour France Défi